top of page

Le Congo vaut le détour !

Dernière mise à jour : 8 juin 2023

Tarsi Windey part en mission avec OWW en tant qu'"homme à tout faire", c'était une pure aventure pour lui.

Un mélange de différentes émotions : de l'étonnement surprenant, de la joie et de l'affection chaleureuse à la surprise, la déception, l'impuissance et la tristesse.

Heureux d'être enfin là.

Après 70 ans de "ouï-dire" sur notre ancienne colonie, les collections de papier d'argent dans notre jeunesse et les nombreuses histoires, également d'un bon ami ex-Scheutist, j'ai pensé qu'il était temps de faire connaissance personnellement.

Une mission humanitaire, dans la lutte contre la cécité à Nioki, à 340 km au nord-est de Kinshasa, à laquelle j'ai pu participer en tant que membre d'une équipe de 12 belges, a été une belle opportunité. Nioki, un village sans centre, plein de petits sentiers et de rues étroites sablonneuses, de huttes et de "maisons", pas d'hôtels, peu de lumière artificielle et pas d’eau courante.

Mais beaucoup de joie de vivre, et de curiosité parmi des multitudes d'enfants pour ces étranges hommes et femmes blancs.


Gratitude dans le village parmi les adultes/patients pour la présence des ophtalmologistes, des chirurgiens et du magasin d'optique (principalement des lunettes d'occasion).

C'était la quinzième fois (depuis 2006) que l'événement annuel avait lieu. Les années précédentes, l'équipe travaillait à Kinshasa.

Pour les villageois et bien au-delà, c'est un événement public aux conditions "Werchter" : toutes sortes d'étals sont installés devant le centre de santé à l'entrée, notamment avec des fruits, de la nourriture et de l'eau. Ils sont ouverts de tôt le matin jusqu'à tard le soir et le Congo beat peut être entendu partout.

Les patients et leurs familles (qui doivent se nourrir eux-mêmes) viennent parfois de loin (200-500km) avec leurs petites pirogues, et attendent patiemment avec une grande compréhension (!) d’être examinés dans les jours qui suivent.

Pendant ce temps, ils recherchent tous les endroits ombragés, sur les immeubles et sous les arbres car il fait très chaud au soleil.

C'était dans un centre de rééducation pour handicapés physiques et à côté d'un couvent des Frères de la Charité, dont nous utilisons les locaux.

Un bâtiment carré avec une cour spacieuse où parfois de trop grands groupes de personnes attendent et regardent ce qui se passe.

Peut-être qu'à cette époque avez-vous entendu parler des Frères de la Charité, des problèmes et de la destitution par le Vatican du Frère Supérieur général Stockman. Il s'y est également rendu une fois.

L'équipe avec la moitié des nouveaux visages était très enthousiaste, la foule qui s'était rassemblée était pleine d'impatience.

J'y suis allé moi-même en tant qu'« homme à tout faire », une description de mission très vague, mais nous verrions.


Dans les 2 premiers jours, tout était installé et les activités pouvaient commencer : inscriptions (avec les listes d'attente de l'année dernière), consultations, pharmacie, magasin d'optique et bloc opératoire.

Le temps était merveilleusement chaud par rapport à la Belgique en mars.

Les 2 premiers jours j'ai pu travailler tranquillement dans le magasin d'optique avec Jessica et Guido. Nous avons passé des moments hilarants à explorer les meilleures options de collaboration et à sélectionner les lunettes les mieux adaptées à la grande variété de « clients ». Non, mauvais terme, tout comme « patients », tout aussi faux ! "Les malades", c'est ce qu'ils aimaient dire ici.

Le troisième jour, j'ai été invité à rejoindre l'équipe de la salle d'opération en tant que 4ème homme en soutien.

L’infirmière prévue n’a pas pu venir pour cause de maladie, et une fois en vitesse de croisière au bloc opératoire, le docteur Litumba-Lubeta Bedi-Pay (CHU Liège), Bédi pour nous, a vite été surchargée. C'était un ajustement et ça a causé pas mal de stress au départ, car pour moi beaucoup d'inconnues et cela sans aucune préparation… en français et en lingala.

La salle contenant 3 tables d'opération n'était pas dans les meilleures conditions et présentait pas mal de défauts (dalles cassées, plafond en bois fendu,..)

Toute la mission a été un défi. Les circonstances sont très difficiles, en plus de la médiocrité des infrastructures, de la rareté, de l'électricité limitée et des sanitaires primitifs...

Heureusement, nous disposions d'un équipement ophtalmologique fiable, de suffisamment de kits de stérilisation, de matériel de désinfection et de verres, tous soigneusement fournis par OWW.

J'ai été émerveillé par la logistique complète fournie par notre organisation sur place, même la production d'électricité se fait avec son propre générateur diesel.

Heureusement, j'avais fixé mes attentes au niveau "Cuba" (2002) et j'ai vécu des situations similaires en Bolivie, au Sénégal et encore plus à Madagascar, mais alors en tant que touriste.

Mais « tout est bien qui finit bien », après la fin de la mission, avec les « 4 de Herent » (Guido, Wim, Luc et moi) nous avons prévuun voyage touristique de 3 jours.

Parcouru environ 400 km dans la région de Kinshasa (le Bas Congo) en 4x4, conduit par un flamand de 60 ans Bernard Baet avec un guide congolais, ils sont tous deux nés et ont grandi là-bas.

6 hommes ensemble : beaucoup de plaisir et parfois un comportement de cow-boy macho, dans la jeep en tout cas.

Notre chauffeur et notre guide de voyage en avaient parfois un peu trop en tant que chauffeur sur les pentes sablonneuses.

Les pique-niques de l'après-midi avec des feux de barbecue ont rappelé les anciens camps de vacances avec le mouvement de jeunesse.

La nature luxuriante dans un climat tropical humide est heureusement très généreuse pour la population, les fruits sont super savoureux et frais.

Cependant, le gouvernement, à tous les niveaux, est gravement déficient dans de nombreux domaines et est corrompu: tricherie, du vol et de la fraude en permanence; le blanc est considéré comme la riche machine à dollars.


L'enrichissement au sommet crée une classe de millionnaires et quelques milliardaires.

Dans l'année à venir, il y aura de nouveau des élections; peut-être de nouveaux candidats millionnaires à la recherche d'argent rapide, aux dépens de l'économie et de la société??

Notre guide de voyage Congo connaisseur ne voit que peu de lueurs d'espoir pour les années à venir.

Les étrangers de la classe moyenne et de nombreuses entreprises se désinvestissent et déménagent.

L'infrastructure de base des routes et des bâtiments ne sera bientôt plus qu'une ruine d'un passé récent... à moins que des affaires lucratives ne soient conclues avec, entre autres, les Chinois qui entretiennent l'autoroute de Kinshasa à Matadi et en construisent même une sur la route à deux voies très peu sûre. ont installé un vrai péage…

Nous disons adieu à l'explosion de la métropole de Kinshasa, estimée aujourd'hui à 15 millions d'habitants, autrefois dotée d'une infrastructure pour une grande ville de 400 000 habitants.

Les vastes collines sont densément construites sans égouts, sans plans ni fondations correctes: le mois dernier encore, une partie d'une colline a été emportée lors de fortes pluies (120 morts en décembre 2022)…

Meilleures salutations

Tarsi


106 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page