Les lunettes

L'offre se compose principalement de lunettes d'occasion et de surplus de stock des grandes chaînes, tant de lunettes médicales que de lunettes de soleil. Maintenant que les lunettes sont devenues un produit à la mode, c'est au bénéfice des Africains à travers nous. Leur monde devient également plus visuel avec les téléviseurs, les smartphones et les ordinateurs.

 

Pour les lunettes de lecture, pas de problème, elles s'envolent. Les myopes, deux yeux différents et des corrections pour l'astigmatisme, c'est là que se situe le défi, parce que c'est tout aussi courant en Afrique que chez nous. Ensuite, nous puisons dans notre stock de deux mille verres "spéciaux". Ils sont tous numérotés et décrits dans une base de données informatique.

Une aide géante est notre auto-réfracteur qui indique la dioptrie nécessaire à la vision de loin. Ensuite, le vrai travail commence parce que le patient veut lire et qu'une paire de lunettes de loin n'est pas assez forte. Mettre un fil dans le chas d'une aiguille ou désherber nécessite une dioptrie différente. Quelle dioptrie le patient peut-il supporter ? Trop faible n'aide pas et trop fort donne mal à la tête. Est-ce sa première paire de lunettes ? Et la question clé : que trouve-t-on dans la base de données qui ne s'écarte pas trop de ce qui est souhaitable ? Considérer cela, et aider autant que possible, est le cœur du métier. Si les lunettes sont satisfaisantes et la monture plaît, le bonheur en émane et vous entendez un "merci" sincère.

Les lunettes extrêmes, les verres bifocaux et les verres progressifs ne durent pas parce que les chances que nous puissions les utiliser sont proches de zéro. Nous les envoyons au docteur Hardy à Mbuji-Mayi qui possède un atelier où les montures sont réutilisées en remplaçant les verres.

Regardez le diaporama ci-dessous.
L1070005
L1070005

P1040139
P1040139

2 JanR
2 JanR

L1070005
L1070005

1/58